Cet article vous est proposé par : Céline Duarte

Comment les confinements ont impacté le gaspillage alimentaire ?

 

Le confinement représente une contrainte non négligeable au quotidien. Cependant, le gaspillage alimentaire, lui, se porte mieux comme l’on peu le voir dans cet article de Too Good to Go. Lors des deux mois de confinement total début 2020, nous avons remarqué des changements dans le mode de consommation des Français.

 

Le Confinement, un gain de temps

Tout commence au sein du foyer : c’est là qu’a lieu un tiers du gaspillage alimentaire en France, dont 20% qui sont dus à des dates limites de consommation (DLC) dépassées. A la suite de l’annonce du confinement, les Français ont gagné du temps, ressource qui manquait par le passé. Ils en ont profité pour cuisiner plus et mieux ! Parmi leurs nouvelles habitudes : prévoir les menus à l’avance, rédiger la liste de courses en amont pour prévoir les quantités et faire l’inventaire des placards… On profite également de ces moments pour cuisiner en famille, avec des produits frais et locaux. 

 

La volonté de maîtriser son alimentation

En période de crise, les Français ont su revaloriser l’importance de l’alimentation. Celle-ci représente une grande part du budget d’un ménage et la pénurie de certains produits en a surpris plus d’un. Il a fallu être plus attentif aux coûts et privilégier les aliments issus de producteurs locaux, afin de financer un système plus durable et vertueux.

Avec les limitations de déplacement, il est de surcroît difficile de se rendre dans les hypermarchés. On privilégie dorénavant les supermarchés, les commerces de proximité et les commerces en ligne. Avec des paniers plus petits ou des listes pré-conçues en ligne, nous avons moins fait face à la tentation et au surstockage à la maison, ce qui a eu pour résultat une consommation mieux maîtrisée.  

 

Les impactes sur les acteurs de l’alimentaire

A l’inverse, le virus a perturbé les circuits alimentaires traditionnels en raison notamment des distanciations sociales limitant les sorties et les regroupements. Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), certains marchés ont vu leur nombre de clients diminuer, augmentant ainsi l’accumulation des denrées alimentaires et les pertes. D’autant plus que la fermeture des bars et restaurants a provoqué une surproduction : les stocks n’étaient pas ajustés à la nouvelle situation.

Les acteurs de l’alimentaire essaient de mettre en place des solutions pour s’adapter à la crise ; mais cela prend du temps. Les solutions comme les partenariats avec des banques alimentaires ou encore le déstockage se mettent en place petit à petit. On a vu par exemple les industriels et les commerçants plus et mieux informer les consommateurs sur les dates limites via des campagnes nationales et leurs emballages. Autre nouveauté : le développement de rayons anti-gaspillage au sein des supermarchés.

Pour les producteurs ou grossistes de l’alimentaire, les acteurs anti-gaspillage comme Vente-Pro sont à votre disposition ! Pensez à proposer vos produits en dégagement pour éviter le gâchis matériel, économique et énergétique tout en valorisant la totalité de vos marchandises auprès des consommateurs. 

 

A l’avenir, il est très probable que l’on conserve ces nouvelles habitudes de consommation. Les Français seront désormais plus sensibles au prix de leurs repas mais également au gaspillage alimentaire !